Bryan Campbell

Janitor of Lunacy: a Filibuster

Le filibuster est une tactique pratiquée par les Sénateurs américains pour faire de l'obstruction parlementaire. Elle est généralement utilisée par les représentants des voix minoritaires pour bloquer le passage d'une loi polémique. Un Sénateur prend la parole le jour du vote de cette loi et la garde jusqu'à la fin de la session, forçant la reprogrammation de cette loi à une date ultérieure. Quand ils prononcent un filibuster, les Sénateurs doivent parler sans discontinuer. Ils ne sont pas autorisés à aller aux toilettes, et ne peuvent trouver un soutien physique qu'en prenant un léger appui sur le pupitre avec les mains car il leur est interdit d'y poser les coudes. Beaucoup de Sénateurs suivent une préparation physique pour faire face à un filibuster imminent et portent des baskets et des couches pour pouvoir assumer les exigences de cette performance chorégraphique inscrite dans la Constitution des Etats-Unis. 
Mon filibuster sera un monologue long-format d'une durée de six à huit heures destiné à être performé dans des théâtres et des galeries. La durée étirée du texte influencera son contenu permettant de nombreuses digressions et dérivations. Les membres du public seront invités à quitter l'espace de jeu et à y revenir à leur guise. Leurs mouvements, ce qu'ils manqueront, ce qu'ils oublieront, ce qu'ils traverseront dans un état de sommeil, tout cela configurera leur appropriation du texte. 


Avec cette traversée de plusieurs heures, j'aimerais aborder un vaste panel de questions relatives à notre présent politique, à partir du point de vue d'un citoyen américain vivant dans un monde de plus en plus globalisé et capitaliste : la récente élection de Donald Trump et la montée des partis d'extrême droite en Europe, les violences policières notamment à l'encontre des Noirs Américains, les violences homophobes et transphobes malheureusement mises en lumière lors de l’attaque au night-club PULSE à Orlando, les conflits raciaux et culturels à la lumière des récentes attaques terroristes et de la crise des réfugiés, notre pénétration moléculaire collective par l'industrie pharmaceutique, la question du VIH à l'ère de la PrEP, la charmante et déstabilisante pornification dans l'industrie de la culture et du divertissement, la naissance du producteur/consommateur contemporain via le commerce en ligne, la pornographie amateur et l'économie de partage, etc. En me positionnant comme une "voix minoritaire", je souhaite que cette performance navigue entre différentes échelles de l'expérience humaine, de la vision la plus globale possible à des choses presque intimes. Le format de six à huit heures me permettra aussi d'explorer un vaste panel des émotions et des tons, allant de l'humour au sérieux, de la confiance à la fragilité, de la rationalité à folie, abordant à la fois des sujets graves et intenses ainsi que des blagues sur ma bite. 

 

Bryan Campbell
est un artiste américain qui vit et travaille à Paris.  
Depuis 2008, il élabore un travail multi-disciplinaire mêlant l’image, le graphisme, le texte, et la chorégraphie. Ses performances manient les codes de la culture visuelle en s'attachant aux corps et cognitions qu'elle implique et qui en sont issus. Ses projets sont subtilement queer, aventureux en concept, et beaux.  
Après des études à la Tisch School of the Arts de l'Université de New York, et à la Salzburg Experimental Academy of Dance (SEAD), Bryan Campbell crée plusieurs pièces à New York, notamment une série de solos (Seven Activities of the Historical Object), et le quatuor Hares on the Mountain, une commande du festival La MaMa Moves!.  
En tant que danseur, il est, entre autres, engagé dans les projets de Christopher Williams, David Parker, Sydney Skybetter, et Gus Solomons jr. 
Sur la session 2009/2010, il intègre ex.e.r.ce, un programme de formation et de recherche sous la direction de Mathilde Monnier au Centre Chorégraphique National de Montpellier. Durant cette période,  il initie une recherche autour du dessin animé Mon Petit Poney, et réalise, à partir de là, la conférence/performance Research for the quadruped protagonist, ainsi que la pièce QUADRUPED PROTAGONIST. Les présentations de ces pièces ont fait voyager les poneys au Théâtre de la Cité Internationale (Paris), à Beursschouwburg (Bruxelles), au Judson Church (New York), au GogolFest (Kiev), et au KUNSTKOMPLEX (Wuppertal).  
Parallèlement, Bryan Campbell poursuit son travail d’interprète auprès de chorégraphes en collaborant, entre autres, avec Loïc Touzé, Jana Unmüssig, et Emmanuelle Huynh. 
En 2011, il reçoit une bourse de recherche du NRW Kultursekretariat (Wuppertal) pour travailler autour de l’œuvre de l’artiste Dieter Roth.  
En 2013, il reçoit la bourse DanceWEB.  
En 2015, Bryan Campbell crée MARVELOUS, résultat d’une période de recherche de trois ans autour de la dramaturgie de l’imprimé. Ce projet, à la fois magazine de mode et culture et performance, est “publié” dans des espaces divers (théâtres et galeries) et a été présenté à PACT Zollverein (Essen), Kaaistudios (Bruxelles), le Festival Artdanthé (Vanves), et Actoral (Marseille). Bryan Campbell  est assistant à la conception pour des projets de Jacob Peter Kovner et  Antonija Livingstone.  
Il est actuellement engagé en tant qu'interprète dans les pièces d’Olivia Grandville, Jocelyn Cottencin, DD Dorvillier, Perrine Maurin, et Antonija Livingstone & Jennifer Lacey. 
Il  participe également à la recréation des Inconsolés d’Alain Buffard et de Sorry, do the tour! de Marco Berrettini.   


Loup 
Loup vit avec une rivière dans les Alpes maritimes. Elle/il entretient différentes pratiques de facilitation : danser par le milieu, jardiner, organiser des funérailles, générer des modes de résurgence, de réparation et de résolution de conflits pas seulement humains. 
En collaboration avec des forêts, des morts et les personnes/choses de passage, elle/il co-conspire l’émergence de communautés queer, rurales, décoloniales.  
Elle/il fait partie du collectif dance for plants et fomente l’ouverture d’un lieu dédié au partage de savoirs plus qu’humains en Auvergne. 

Distribution

Conception, Texte et Interprétation Bryan Campbell 
Regard extérieur (version française) : Loup 
Direction technique : en cours 
Graphisme : en cours 
 

Production

Production : Météores 

Partenaires confirmés : 
Les Bazis (09) ; Montévidéo, Créations Contemporaines - Atelier de Fabrique Artistique ; La Métive, lieu inter- national de résidence de création artistique ; Théâtre Le Vent des Signes avec le soutien de la Ville de Toulouse ; workspacebrussels (Bruxelles) ; La Zouze  (Marseille) ; Théâtre Garonne 
Partenaires en cours : 
Centre chorégraphique national du Havre, CDCN Pôle Sud – Strasbourg, CDCN Atelier de Paris Carolyn Carlson, SACD Beaumarchais, Artcena, Festival Latitudes contemporaines, Festival Trans-Amérique 

Liens

Sortie de résidence

mer 12 fév 2020 — 20:30


Entrée libre
Montévidéo est ouvert de 19h30 à minuit et le bar aussi.