Arthur Hoffner & Grégoire Schaller

en résidence du 15 au 27 juillet 2019

 

 

Arthur Hoffner et Grégoire Schaller sont accueillis en résidence à Montévidéo pour leur création Deep Water. 

Après avoir remporté le Prix du Public de la Design Parade 2017 avec Etre ou ne Paraître, un projet de fontaines d’intérieur, Arthur Hoffner se voit proposer par la Villa Noailles d’investir le Salon Rose. Pour cette proposition in situ, le designer décide d’entamer une collaboration avec Anna Chirescu & Grégoire Schaller, afin de proposer un projet au croisement de son univers d’objets et de la recherche chorégraphique de la jeune compagnie. La performance d’une vingtaine de minutes ouvre le Festival International de la Mode de la Villa Noailles à Hyères, le 26 avril 2018. Il s’agit de la présentation d’une première étape de travail du projet. La création Deep Water prend appui sur ces recherches, qui seront développées en véritable pièce chorégraphique et transposées pour l’espace scénique.

 

Arthur Hoffner
est un plasticien français né en 1990. Il s’intéresse très jeune à la ferronnerie d’art, qu’il perfectionne à la Fondation Coubertin auprès de compagnons du devoir avant d’étudier les arts appliqués à l’Ecole Boulle. Il intègre ensuite l’ENSCI - Les Ateliers, dont il obtient le master de création industrielle avec les félicitations du Jury en 2014. Sa pratique se situe au point de jonction entre l’artisanat, la sculpture et le design industriel. Passionné par le récit de l’histoire des techniques et des formes qu’elles génèrent, qui lui semble exprimer le rapport de l’Homme au monde à travers le temps, il cherche dans son travail à établir des croisements entre techniques millénaires et émergentes, des mariages entre formes actuelles et artefacts de civilisations disparues. Ses derniers projets, autour du thème de l’eau, s’inscrivent dans cette tentative d’association entre l’objet immémorial qu’est la fontaine et la trivialité de son équivalent domestique contemporain. Il s’évertue à relier d’antiques mythologies aquatiques à ce qui les renferme aujourd’hui au creux d’un tuyau en PVC. Arthur a travaillé avec différentes maisons et studios tels que Jerszy Seymour, Théo Mercier, La Gaîté Lyrique, le Théatre de Nanterre - Amandiers, la Villa Noailles, et a remporté de nombreuses récompenses dont le premier prix du concours de design Cinna, la bourse Déclics Jeunes de la fondation de France, l’appel à projet Création en Cours des ateliers Médicis, le prix du public de la design parade de la Villa Noailles et a récemment été lauréat du dispositif FoRte de la Région Ile de France. Il développe en ce moment une série de fontaines avec Sèvres, cité de la céramique et l’atelier Petit H d’Hermès.

 

Grégoire Schaller
est un plasticien, chorégraphe et performeur né en 1993. Il a suivi un double enseignement à l’ENS de Cachan, au sein département design, et à l’ENSCI – Les Ateliers en création industrielle. Il a travaillé auprès des plasticiens Evan Robarts, Katie Stout, Théo Mercier ou encore Matthew Barney. En 2015, il entame un travail de recherche performative dans le cadre du festival DO DISTURB! au Palais de Tokyo, et conçoit Das Lichtquant#2, pièce pour trois danseurs et un footballeur. Il interroge alors le statut des objets scéniques et la conception de dispositifs performatifs, qui se poursuivra avec une autre performance chorégraphique, Ordeal by Water, pour une danseuse, un guitariste et quatre sculptures, présentée à l’ENSCI-Les Ateliers au cours de la même année. Depuis 2016, ils conçoit des pièces en collaboration avec la chorégraphe et danseuse Anna Chirescu, pour des institutions culturelles, notamment le Musée d’Art moderne de la Ville de Paris, le Palais de Tokyo, le Silencio, la Ménagerie de verre et la Villa Noailles. Le Musée d’Art Moderne de la ville de Paris leur commande une performance originale dans le cadre de l’exposition Derain, Balthus, Giacometti, une amitié artistique. Le matériau performatif de la pièce, Les Indolents, est repris puis adapté en spectacle chorégraphique pour le Festival Les Inaccoutumés 2018 à l’invitation de Marie-Thérèse Allier pour la Ménagerie de verre, à Paris. En 2017, il obtient son agrégation d’Arts Plastiques, option Arts Appliqués et poursuit un travail théorique en commençant une recherche doctorale en 2018. Il interroge dans ses écrits les modalités de diffusion, de transmission, de collection, de conservation, d’exposition et de commercialisation des œuvres immatérielles et conceptuelles par les institutions culturelles et les collectionneurs.