Léa Drouet

en résidence du 2 au 15 déc 2019

Léa Drouet est accueillie en résidence à Montévidéo pour son projet Violences. Elle est soutenue par le bureau d'accompagnement d'actoral. 

Dès son projet de fin d’études à l’Institut National des Arts de la Scène de Bruxelles ( I.N.S.A.S. ), Léa Drouet s’écarte du théâtre académique en privilégiant le son et l’image au texte et en quittant la salle de spectacles pour investir un des couloirs de l’école. Les formes théâtrales qu’elle produit relient la musique à l’espace par le mouvement des corps. Elle travaille à la combinaison de plusieurs éléments qu’elle choisit en prenant en compte leurs particularités. Qu’il s’agisse de la pratique de ses collaborateurs, ou du lieu qu’elle investit.
L’enjeu de chaque projet est de réunir autour d’un lieu et d’une idée des artistes, issus du spectacle vivant ou non. L’objectif est de développer un processus de travail qui permette de saisir les possibilités qu’offrent ces associations.
Il s’agit de créer suffisamment de zones de frottements et de décalage entre les éléments réunis pour qu’il soit possible de dégager de l’inconnu.
“La particularité du spectacle vivant est de réunir des personnes avec des savoir-faire différents pour produire une chose commune inconnu de tous au départ. Pour que cet inconnu soit vraiment un inconnu et pas une reproduction de quelque chose qui fonctionne par habitude je crée des décalages.
J’investis parfois un espace singulier, inhabituel pour un spectacle, je réunis des gens qui viennent de pratiques différentes avec des protocoles différents.
A mon avis l’inconnu peut surgir de la délocalisation et du mélange des pratiques, de nouvelles associations de gens, de lieux et de public. Et cela vaut pour d’autres secteurs que celui des arts ”.

Léa Drouet accorde donc de l’importance à l’association des différents collaborateurs et la composition de l’équipe fait partie du processus du travail.
Proche de la scène musicale alternative bruxelloise, elle s’associe avec divers musiciens de la scène expérimentale. Elle s’entoure aussi d’artistes à cheval entre plusieurs pratiques : acteur/danseur/performeur, plasticien/auteur etc…
Malgré ce processus qui laisse une grande place aux personnes qui s’associent au travail, les projets portent l’empreinte d’un univers singulier, dans lequel coexistent des éléments propres au théâtre et un rapport au plateau très direct, plus performatif.